La voix est un acte de création de l’homme : un geste à parfaire, à façonner

Valentina Vagliani

Pédagogie sur mesure, de la parole au chant

La technique vocale est un outil de découverte et d’affirmation de soi, pas un modèle auquel se conformer

« L’essentiel est invisible pour les yeux ». Antoine de Saint Exupéry

La voix est le seul « instrument de musique » qui ne se touche pas et ne se voit pas.

Nous devons nous le représenter mentalement, le visualiser, pour en comprendre les mécanismes et le maîtriser.

Et c’est uniquement à travers nos sensations que nous pouvons le « toucher », ressentir et réaliser son mouvement.

Connaître le mouvement physiologique qui produit le son nous permet ainsi d’en reconnaître les sensations : nos outils de maîtrise vocale.

Or, nos sensations nous sont personnelles, bien qu’issues d’un mouvement physiologique commun à tous.

Il en va de même pour nos émotions, intrinsèquement liées à notre souffle vital.  Car on ne respire pas de la même façon quand on a le trac, que l’on est joyeux ou triste…

Il est donc important pour le formateur de trouver les termes qui parlent à chacun(e). D’établir avec l’apprenti, une relation de confiance qui permettra à son imaginaire et à sa créativité de s’exprimer. Car notre épanouissement vocal dépend aussi du respect et de l’attention portée à notre personnalité.

Apprendre à coordonner sons et sensations, nous permet d’aborder notre vocalité à sa source.

La phonation n’est pas la première fonction du larynx. Sa première fonction est respiratoire. C’est au cours de notre évolution que le larynx est devenu porteur de son, pour assouvir notre besoin de communication.

La poésie du geste vocal advient lorsque notre souffle vital, mêlé à nos émotions, met nos cordes vocales en vibration et devient sonore. Il devient langage. Car le son de notre voix : notre timbre, est aussi porteur de sens.

Pour être entendus, compris et convaincants, nous devons établir une relation entre l’art des sons et les mouvements de l’âme.

En effet, l’écoute et la sensation ne doivent faire qu’un, que l’on souhaite parler ou chanter.

C’est pourquoi, la technique vocale est aussi importante pour parler que pour chanter.

La technique vocale est un outil, pas un modèle auquel se conformer. Sa fonction est celle de canaliser l’émotion et d’affirmer le caractère. On chante ou l’on parle vrai, là où l’on rit et où l’on pleure, en appui sur le diaphragme, le souffle. 

Elle doit procurer un bien-être physique et psychique.

Canaliser nos émotions, c’est rétablir l’équilibre respiratoire qu’elles ont troublé. C’est prendre du recul, pour les exprimer avec justesse à travers le langage. C’est pourquoi pour stabiliser et parfaire le son qu’il émet, l’être humain doit être activement présent à son corps et à sa respiration, à l’origine de tous ses mouvements. 

C’est le souffle qui donne le mouvement de la vie et celui de la voix.

Pour ressentir ce mouvement physique si particulier, il est essentiel de s’approprier les outils physiologiques et émotionnels qui permettent d’aller à la rencontre de sa propre sonorité et de maîtriser sa voix.

 

Diction : d’une langue à l’autre

L’apprentissage de la diction est un élément essentiel à la clarté et la fluidité d’une expression parlée ou chantée. Il va de pair avec l’apprentissage de la technique vocale.

L’émission vocale diffère selon les langues que nous parlons ou que nous chantons.

Chaque langue a son propre rythme : son débit syllabique, son tempo et ses accents toniques.

Il est nécessaire de l’identifier afin de maîtriser sa musicalité pour parler et pour chanter ; que l’on s’exprime dans sa langue maternelle ou dans une langue étrangère.

Valentina Vagliani peut vous faire travailler en français, anglais, italien et espagnol.

 

De la voix parlée à la voix chantée

La voix sert aussi bien à attirer ou maintenir l’attention du public qu’à faire entendre son propos. L’éloquence d’un discours dépend de la qualité vocale, de l’attitude et de la présence physique à 80%.

Apprendre à entendre et à ressentir sa voix parlée pour mieux s’en servir.

En observant votre façon de parler, vous vous apercevrez de votre geste vocal spontané, personnel et quotidien. Cette prise de conscience est un point de départ essentiel pour identifier ce que vous souhaitez parfaire et façonner dans ce geste qui vous caractérise.

Que vous souhaitiez tenir une conférence, faire un discours, réussir une négociation ou jouer la comédie, une sensation de liberté vocale apaisera votre trac et vous donnera plus d’assurance, de confort et de présence à l’évènement.

« À l’origine n’est pas le mot, mais la phrase, une modulation. » Blaise Cendrars

Ce qui différencie le chant de la parole, c’est l’ampleur et l’étendue des registres dans l’aigu et dans le grave, pas le geste vocal en lui-même. Cette amplitude est rendue possible par la maîtrise du souffle.

Le chant prolonge le geste vocal, comme un véritable instrument à vent. Il ralentit et étire la parole, mais sans la déformer.

Si vous avez tendance à forcer sur votre voix en parlant, il est probable que vous aborderez le chant de la même manière.

Avoir de la technique vocale sert à protéger votre voix, à savoir l’amplifier sans la fatiguer.

Se mettre à chanter, c’est un peu comme passer de la marche à pied à la balançoire. On change de mouvement. Le balancement d’avant en arrière est rythmé, comme en musique, et il faut se servir de son centre de gravité pour garder l’équilibre.

Plus on monte haut et plus ça donne le vertige ! Si nous nous crispons, nous freinons le mouvement, et pouvons même nous blesser en créant des tensions. Et surtout, rater tout le plaisir de la voltige !

Portés par notre souffle, chanter nous procure un bien-être existentiel, une sensation de plénitude.

VOCALISE – 8 rue Saint Yves 75014 PARIS – 06 30 90 51 61